La bataille de Verdun

Il y a quelques mois, j’ai eu l’occasion de visiter les alentours de Verdun. Cette partie de la France qui fut le théâtre d’une des plus grande bataille de la Première Guerre Mondiale entre février et décembre 1916. A l’heure actuelle, nous pouvons encore nous rendre compte des dégâts subis par ce triste événement.

Un siècle plus tard

Verdun-5161.jpg
Des traces toujours présentes plus d’un siècle plus tard

Dès l’arrivée, nous pouvons apercevoir les traces de trous indénombrables causés par les obus. Ceci nous met dans le contexte, il devait clairement pleuvoir des obus, nous comprenons la cause des milliers de morts durant cette période qui remonte à 1916.

Verdun-5147.jpg

Nous avons commencé par la visite des 4 cheminées, situées au sud du Ravin des Vignes, cet abri en forme de galerie souterraine de 60 mètres de long et de 12 mètres de profondeurs a été réquisitionné pour servir de poste de secours, d’aide aux victimes et d’état-major. Les cheminées étant là pour aérer l’abri.

A savoir, cet abri a été une cible dès le début de la bataille. L’armée allemande a pilonné de façon intense avec des centaines de milliers d’obus, de gaz asphyxiant qui ont fait vivre un enfer aux soldats abrités dedans. Et ceci pendant toute la durée de la bataille.

Verdun-5133.jpg
Une des cheminées de l’abri

L’ossuaire de Douaumont

Nous partons à présent vers l’ossuaire de Douaumont, monument à la mémoire des soldats de la bataille de Verdun.

Le lieu a été choisi le lendemain de l’armistice en 1918 pour abriter les 130 000 restes de soldats inconnus et permettre aux familles de se recueillir. En 1920, grâce à de nombreux dons de villes françaises mais aussi étrangères, la première pierre a été posée et l’inauguration officielle fut célébrée en 1932.

Verdun-5172.jpg

Ce monument possède une tour centrale de 46 mètres de haut, appelée aussi «La Lanterne des morts», qui est ouverte au public. Après 204 marches pour arriver en haut, nous pouvons observer un panorama du champ de bataille à 360 degrés.

Sur la longueur de 137 mètres, nous trouvons le cloître où se reposent les 130 000 soldats. A l’intérieur, chaque pierre est gravée par le nom d’un soldat disparu.

Ce qui m’a marqué, c’est l’âge des soldats morts, la majorité avaient plus ou moins une vingtaine d’année. Sur les dates, nous pouvons lire par exemple 15.04.93 – 02.06.16, c’est perturbant ! Comme si un siècle nous ne séparait pas. Tout proche mais tout aussi loin, c’est ce que je retiens de la Première Guerre Mondiale. Un devoir de souvenir qui est nécessaire de garder.

Cet ossuaire contient également une chapelle pour les recueillements qui est accessible par le cloître.

Verdun-5171.jpg
La nécropole de Douaumont

En face de la tour, nous trouvons la nécropole où reposent 16 142 soldats Français s’étendant sur une surface de 144 380 m².

L’endroit est aussi connu pour être le lieu du symbole de réconciliation Franco-Allemande avec la célèbre poignée de main de 22 septembre 1984 entre François Mitterrand et Helmut Kohl.

 

Un commentaire sur “La bataille de Verdun

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :