Le Piton de la Fournaise

Après avoir fait l’ascension du Piton des Neiges, place à l’autre sommet de La Réunion : Le Piton de la Fournaise.

Contrairement au Piton des Neiges, le Piton de la Fournaise est parmi les volcans les plus actifs au monde. Preuve en est pendant le confinement, le 2 avril 2020, une éruption a eu lieu, elle a duré quatre jours.

La Plaine des Sables

Avant d’arriver dans l’enclos du volcan, nous traversons une forêt, puis les arbres se font de plus en plus rares, les bords de la route commencent à changer de couleur, puis d’un coup, nous voyons cette grande et désertique étendue de sable nous faire face : il s’agit de la Plaine des Sables.

La formation de cette plaine est due à l’effondrement du volcan puis au remplissage successif de lave avant la formation de l’enclos Fouqué, qui entoure actuellement le Piton de la Fournaise.

Dès la fin de ses virages en serpentin, la route s’arrête pour laisser place à un chemin de terre jusqu’au Pas de Bellecombe. Là, on est vraiment dans le désert, c’est tellement dépaysant. Ceci révèle encore une fois l’une des nombreuses facettes de la Réunion.

Une fois arrivés au Pas de Bellecombe où nous avons garé la voiture, nous partons à la découverte du site. Vous y trouverez de nombreux sentiers, soit pour descendre directement dans l’enclos, soit pour aller au Piton Partage pour avoir un panorama sur tout l’enclos Fouqué et ses remparts.

Sentier qui mène au Piton Partage
Enclos Fouqué

Une fois le Piton Partage atteint, c’est le moment de rentrer à proprement parlé dans l’enclos. Pour y rentrer, il faut retourner au Pas de Bellecombe d’où part le sentier vers le Sommet du Piton de la Fournaise. C’est ici que se déversent les laves issues des différents cratères qui composent le piton et elles peuvent descendre jusqu’à la mer. En effet, la lave ne sort pas seulement du cratère principal mais par différents cratères parsemés partout dans l’enclos.

Formica Leo

Nous commençons par le plus célèbre et le plus facilement accessible : le Formica Leo. Une éruption au XVIIIème siècle l’a formé mais aucune étude ne confirme réellement la façon dont il s’est formé. L’hypothèse la plus plausible reste une formation progressive par des coulées de magma explosives. C’est la nature de sa roche riche en fer qui par oxydation lui donne cette couleur rouge caractéristique.⠀

On l’atteint après avoir descendu le rempart d’une hauteur de 100 mètres près du Pas de Bellecombe. La descente est assez facile, il faut juste compter de très nombreuses marches (environ 630 marches).

Après cet arrêt, il est temps de prendre la route vers le sommet du Piton. Le chemin est assez sportif, mais facilement faisable si on va à son rythme, il faudra compter quelques heures selon votre vitesse de marche.

Ce parcours réserve de nombreuses surprises au niveau de la nature de la lave sur laquelle nous marchons. Nous avons eu un aperçu des deux types de laves que ce volcan peut sortir de ses entrailles :

  • La lave cordée, appelée lave pahoehoe
  • La lave en graton

Cette dernière est assez abrasive, d’où l’importance de partir avec de bonnes chaussures, vos pieds vous remercieront.

Explorer l’enclos, c’est explorer son histoire. Les coulées de laves s’entremêlent tout au long du chemin et on peut se rendre compte de la surface qu’a pris chaque éruption.

Au fur et à mesure que nous montons en altitude et dépassons les nuages, nous arrivons au sommet.

Cratère Dolomieu

Voici le cratère Dolomieu qui se révèle devant nous. Avant 2007, ce cratère était presque complètement rempli de lave figée. Puis, lors d’une éruption très active en avril 2007, il s’est effondré sur lui-même à cause de son propre poids, toute cette masse n’a pas pu être retenue par la chambre magmatique. Après la disparition du panache de fumée quelques jours après l’éruption, les observateurs ont assisté avec stupéfaction à un nouveau visage du cratère Dolomieu avec un trou béant qui s’est formé en quelques jours.

Il atteint à présent une profondeur de 350m et un diamètre de plus 1000m. On peut y loger facilement la Tour Eiffel, c’est juste impressionnant !

Après ce panorama que nous a offert le cratère Dolomieu, il est temps de sortir le drone pour avoir quelques photos des cratères inaccessibles éparpillés un peu partout dans l’enclos. Inaccessibles car la lave est encore instable à certains endroits et des effondrements peuvent s’y produire.

Comme je le rappelais plus haut dans cet article, la lave ne vient pas seulement du cratère principal mais de différents cratères parsemés dans cette zone volcanique quasi lunaire.

Mais le résultat indélébile que ces éruptions entraînent reste magnifique comme on peut le voir sur cette série de photos. ⠀
Au moment où j’avais fait décoller le drone, je ne m’attendais pas à avoir ce genre de photo. Je vous laisse imaginer la surprise quand je voyais tout ça depuis l’écran de la télécommande du drone, on ne s’en rend pas compte depuis le sol.⠀

D’ailleurs, la dernière éruption d’avril 2020 a crée un nouveau venu : La cratère Voulvoul.

Après plusieurs heures de marches à explorer cet endroit extraordinaire, nous revoilà au point de départ. Un rêve d’enfant vient de se réaliser.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :