Cargèse, une histoire grecque en Corse

Notre avant-dernière nuit en Corse était passée, nous nous réveillions face à la mer, sous le soleil levant. Nous étions restés longtemps à observer ce paysage magnifique, encore une fois seuls au monde et chanceux de vivre ce moment.

Seul ce chat vient rompre cette solitude, mais vu comment on aime les chats, il est le bienvenu.

L’endroit où nous avons dormi était situé tout proche de Cargèse, un village de caractère construit sur les roches granitiques de la Corse du Sud. Ce dernier possède un port de pêche et de plaisance situés non loin, entre le Golfe de Sagone et de Peru.

Eglise latine de Cargèse

Sa particularité est d’avoir deux églises face à face et des rites différents.

En effet, l’histoire de Cargèse a été marquée par l’immigration de la population grecque dans le XVIIIème siècle, après avoir fuit l’occupation turque au sud du Péloponnèse en 1676 puis après avoir été chassée de l’arrière-pays de Sagone à quelques kilomètres de Cargèse. Une cohabitation s’installa au fur et à mesure avec la population locale.

Presque un siècle était passé, la population grecque avait émis le souhait d’avoir une église de rite Byzantin ; ce qui se fera une dizaine d’années plus tard, en 1874.

Eglise byzantine, Cargèse

Elle fut érigée en face de l’église latine à moins d’un kilomètre l’une de l’autre. Cette dernière fut construite et terminée en 1847.

Les deux églises face à face

A ce jour encore, les deux cultures vivent l’une avec l’autre, les offices se font selon les traditions propres à chaque église.

De Cargèse, vous pouvez profiter pour faire une randonnée assez facile située tout proche. En suivant le Golfe de Peru, garez-vous sur le parking du même nom pour rejoindre à pied la Punta d’Omigna et sa tour gênoise.

Bergerie, A Scupulata

Sur la route, qui est bien entretenue et facile à suivre, vous pouvez apercevoir diverses choses, comme cette bergerie tout en pierres ci-dessus ou bien ce rocher remarquable ci-dessous.

Nous pouvons apercevoir également ces falaises très tranchées et la force de la houle qui les tape violemment. En effet, le vent avait subitement augmenté sa vitesse, les nuages et la pluie étaient arrivés pour modifier complètement l’environnement.

Le clou du spectacle a été la tour gênoise d’Omigna.

Tour de la Punta d’Omigna

Construite en granit vers la fin du XVIème siècle, elle avait pour but de protéger le littoral et ses terres des invasions.

Pour revenir à l’histoire des grecs venus en réfugiés dans la région, avant leur installation à Cargèse, cette tour fut leur dernier retranchement suite à l’attaque de 2500 corses les voyant comme des voleurs de terre et ne les acceptant pas comme voisins. Ils firent assiégés durant 3 jours avant de réussir à rejoindre leur famille à Ajaccio.

A présent, cette tour a été complètement rénovée et vous pouvez même rentrer dedans et monter sur le toit. D’ici, vous aurez un beau panorama sur le littoral, la mer, mais aussi le Capu Rossu et même les îles Sanguinaires.

Après être redescendus du toit de la tour, toujours sous la pluie, nous avons continué notre chemin qui fait une boucle pour rentrer au parking. Au bout d’un petit quart d’heure, les nuages et la pluie avaient disparu aussi rapidement qu’ils étaient apparus. Le soleil était de nouveau au rendez-vous et l’environnement avait encore complètement changé à l’image de la photo ci-dessous.

C’était notre avant-dernier jour en corse, rendez-vous la semaine prochaine pour clôturer cette série de récits retraçant nos aventures en Corse.

3 commentaires sur “Cargèse, une histoire grecque en Corse

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :