Dernier jour en Corse

Dernier jour de notre voyage, nous nous réveillons à Sartène avec une vue matinale magnifique sur sa vallée.

Nous étions plus précisément dans le vieux Sartène. La ville fut construite en 1507 par les Génois sur un énorme bloc rocheux qui forme un promontoire. Le lieu a été choisi pour garantir la sécurité des habitants derrière des remparts, ces derniers ont été finalisé 50 ans plus tard.

Cette fortification n’avait pas empêché cette ville de connaître un passé agité par les assauts de nombreux conquérants, mais aussi par des luttes et des conflits internes.

A présent, il s’agit d’une ville apaisée où il est agréable de s’y balader sans pour autant lui consacrer toute la journée. J’ai adoré les bâtiments et les maisons qui se chevauchent et qui sont séparés par des ruelles étroites.

Nous avons pris le temps de nous balader et de manger dans le centre de la vieille ville en passant par les quartiers historiques. Le plus marquant reste la place de la Libération, anciennement Place Porta. C’est ici que les Sartenais se réunissent, d’autant plus que c’était un jour de marché, ce qui a rendu le tout convivial et vivant.

Place de la Libération

La place est dominée par l’église Sainte-Marie que nous ne pouvons pas rater.

Pour cette dernière après-midi, nous avions prévu une petite randonnée au bord de l’eau avant de rejoindre l’aéroport et de rentrer chez nous.

Notre choix s’était dirigé vers la plage de Roccapina, quoi de mieux que de finir notre voyage sur cette vue ? Une plage de sable blanc, de l’eau turquoise, coincées entre deux pointes rocheuses, dominent le paysage.

Il s’agit d’un vrai paradis, nous étions coupés du monde.

Pour ceux qui ne nous connaissent pas, nous n’avons pas l’habitude de se prélasser sur la plage, notre habitude est de monter toujours plus haut et cela valait largement le coup, jugez par vous-même :

Mais avant d’arriver ici, il faut du temps.

Déjà, la route n’est pas la plus praticable, malgré une voiture assez haute, nous n’avions pas réussi à y aller en voiture, si vous avez un bon 4×4, c’est possible, mais sinon, mieux vaut garer sa voiture sur le parking à proximité de l’auberge de Coralli. La longue marche vaut vraiment le coup lorsque vous découvrirez la plage.

Une fois arrivés à la plage, nous nous étions dirigés vers une randonnée qui nous emmène vers une tour Génoise (encore une).

La montée peut être raide quelque fois, le chemin difficile à distinguer, je vous conseille de télécharger une carte avant d’y aller pour ne pas vous perdre.

La difficulté se fait très vite oubliée lorsque vous arrivez en haut, vous avez un magnifique panorama, je ne m’en suis pas lassé une seconde.

Comme vous pouvez le voir ci-dessus, nous étions sur un promontoire rocheux à une centaine de mètres d’altitude, avec la tour Génoise, la plage, les falaises et la forêt.

En haut, nous n’avions pas juste affaire avec la plage de Roccapina mais aussi, l’autre versant, avec une vue sur la plage d’Erbajo qui forme un joli golfe. D’ici, nous dominions tout le paysage.

C’est ici, sur la plage de Roccapina que nous allons clore nos aventures en Corse.

L’Île de Beauté ne m’a pas déçu, j’en avais tellement entendu parlé que j’avais peur de la surestimer, mais la vérité est toute autre, la Corse m’a bluffé ! Une richesse de paysages incroyables : la mer, les plages, les montagnes, les lacs et même la neige, en quelques jours, nous avons tout vu en restant dans la même île.

Je ne peux que vous recommander d’y aller si vous n’y êtes jamais partis.

Merci beaucoup d’avoir suivi cette série d’articles, je vous donne rendez-vous dans quelques temps pour une autre escapade qui, j’espère, vous fera voyager et vous donnera envie d’y aller.

A bientôt !

Massi


Pour lire ou relire les derniers articles sur la Corse:

Bienvenue en Corse du Sud !
Le sentier de Piscia di Ghjaddu
Un village, un lac et des montagnes
Lacs Mélo et Capitello… et le froid
La rando cachée : Purcaraccia
I Pozzi
Corte, l’ancienne capitale
Les ponts de Zaglia et Pianella
Ajaccio et les Îles Sanguinaires
Les Calanques de Piana
Cargèse, une histoire grecque en Corse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :