Les Badlands de l’Alberta, Canada (Partie 1)

Après le stress et les péripéties qui ont précédé notre départ vers le Canada, il était temps de profiter et de découvrir l’Alberta.

Notre objectif de la journée était de partir de Calgary pour les Badlands qui sont situés à proximité. Nous avions fait une heure et demie de route (en ligne droite) pour arriver à Drumheller, la ville des « Dinosaures ». Nous verrons cela de plus près dans le prochain article. Mais avant tout, nous étions pressés de voir les « Hoodoos », qui portent aussi le nom de cheminées de fées.

Pour arriver ici, vous pouvez emprunter le Hoodoos Trail, une route très sympathique et qui nous met dans l’ambiance des Badlands avec des musiques country aux radios locales.

Dans ce site, tout a été façonné par le vent et l’érosion.

La nature est une sacrée artiste, en accumulant les sédiments durant des millions d’années, elle nous a créé un tableau multicolore qui retrace la vie de la région. De l’argile et du grès d’origine marine et fluviale à la période volcanique, en passant par des restes de fossiles et de crustacées, tout y est pour former un vrai tableau de maître. Ceci constitue une vraie mine d’or pour les géologues.

Et oui, il y a des millions d’années, une mer appelée la Bearpaw Sea se tenait là puis elle s’était peu à peu retirée suite aux mouvements tectoniques du continent américain. Entre temps, une quantité phénoménale de sédiments se sont déposés les uns sur les autres.

Le vent et la pluie se sont ensuite chargés de façonner ces œuvres d’art complètement uniques.

Hoodoos

Nous nous étions ensuite dirigés vers le village très peu peuplé de Wayne, mais avant, nous avions fait un petit stop au Rosedale suspension bridge qui traverse la Red Deer River. Il était malheureusement fermé à cause d’un problème structural, nous n’avons pas pu le traverser. Construit en 1931, il servait principalement au transport de la mine de charbon.

Rosedale suspension bridge

De retour sur le Hoodoo trail, pour aller vers Wayne, on avait traversé une route comportant en tout 11 ponts, la plupart métalliques et typiques de la période minière de la région, d’où le nom de la route : Eleven Bridges of Wayne.

A Wayne, nous avions trouvé un vieux saloon nommé « Last Chance Saloon » datant de 1913 et qui était encore en activité. Ici, nous sentions que l’on était vraiment dans le Far West. Malheureusement, il était fermé le jour de notre venue, dommage.

Last Chance Saloon ©Noémie Radix

Impossible d’être plus au calme à Wayne, nous n’avions pratiquement croisé personne, c’était typiquement le vieux village minier qui frôlait le village fantôme, mais nous avions adoré !

Dans le prochain article, nous reviendrons à Drumheller, une vielle ville anciennement rythmée par les mines du Far West.

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour lire la suite.

A très bientôt 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :